Destiné dès son plus jeune âge à exercer des fonctions managériales au sein d’une banque d’affaires internationale, Martin Granger décide de tout plaquer à 18 ans pour devenir saltimbanque. Refusé trois fois de suite à l’examen de saltimbanque, il se rabat sur une école de journalisme où il apprendra à faire une balance de blancs et à utiliser la combinaison de touches shift-pomme-alt W pour détruire un bloc de texte dans Quark X-Press. Fort de ce bagage technique, il tente d’exercer le beau métier de journaliste, mais se heurte à des conservatismes d’un autre âge lorsqu’il tente de moderniser les rédactions dans lesquelles il est amené à travailler. C’est alors qu’il décide de devenir concepteur de sites web contre de l’argent, ce qui lui permet encore aujourd’hui de consacrer son temps libre à fabriquer des trucs et des bidules.

Merci à Aline Reynaud-Paligot pour sa photo ci-dessus.